LES TERRASSIERS CARCASSONNAIS

11000 CARCASSONNE AUDE

Faire appel à notre entreprise d'assainissement. L'installation d'un système d'assainissement d'eaux pluviales, eaux de toiture eaux de ruissellement ou eaux usées.
Nous vous aidons et conseillons sur le système à adapter à votre habitation tout à l'égout et Fosse septique. Professionnel expérimenté et spécialisé, nous saurons réaliser une installation dans le respect des dernières réglementations en usage.


Travaux VRD, Canalisations : Pose Installation, Remplacement et Réparation.
Débouchage, Curage, Vidange, entretien des Egoûts et de toutes canalisations enterrées ou non.

Votre demande de devis




un devis un rendez-vous




*Champs obligatoires

"LES TERRASSIERS CARCASSONNAIS" intervient sur tout le Département de l'Aude :
Narbonne, Carcassonne, Castelnaudary, Lézignan-Corbières, Limoux, Coursan, Trèbes, Port-la-Nouvelle, Sigean, Cuxac-d'Aude, Gruissan, Leucate, Quillan, Bram, Fleury, Villemoustaussou, Salles-d'Aude, Pennautier.


Devis travaux de Drainage

Opération nécessaire en particulier pour les terrains en pente ou les sols argileux, le drainage permet de protéger le bâtiment ou la maison de l'humidité. Avant la construction, les travaux de drainage s'opèrent autour de la zone à bâtir afin d'éviter les infiltrations dans le sous sol. Drainer un terrain est une opération complexe et le chantier doit être confié à une entreprise spécialisée.


Devis Travaux sur Canalisation (nettoyage, curage, débouchage)

Des canalisations usées peuvent causer des problèmes divers : mauvaises odeurs, danger pour la santé si elles sont en plomb, l'assainissement ou le remplacement est souvent la solution à envisager. Contactez-nous pour la pose ou le remplacement de vos canalisations ; nous vous renseignerons sur les prix et les caractéristiques des différents modèles de canalisations (béton, cuivre , pvc...) à prévoir sur votre ouvrage.



La collecte et l'épuration des eaux usées domestiques sont des obligations de premier plan pour garantir l’hygiène de nos lieux d’habitat, ainsi que la préservation des ressources en eau et du milieu naturel. La mission fondamentale d'entretien et de maintenance des ouvrages d'assainissement collectif et non collectif est assurée par les entreprises d’assainissement.


L’assainissement c’est quoi ?

L'assainissement est le versant aval du cycle de l’eau ayant répondu aux besoins de l'Homme. C'est la mise en oeuvre de techniques adaptées pour assurer :
• la collecte des eaux usées dans les canalisations ;
• l’épuration des eaux collectées avant leur rejet dans le milieu naturel ;
• l'entretien et la maintenance des ouvrages d'assainissement, collectifs et non collectifs ;
• la prise en charge et le traitement des sous-produits d'assainissement issus de ces opération d'entretien.


L'entretien des ouvrages d'assainissement c'est quoi ?

Les entreprises d’assainissement assurent l’entretien et la maintenance des ouvrages d'assainissement par :
• le curage et le nettoyage des canalisations, des chambres à sable, des bassins d'orage, ... afin d'éviter les points de colmatage, les risques d'accumulation des résidus solides et des poches de gaz potentiellement mortelles, afin d'assurer le bon écoulement des eaux usées et limiter les risques de corrosion,... ;
• le nettoyage des stations d'épuration, des châteaux d'eau, le nettoyage des bassins, l'enlèvement des boues, des graisses et des refus de dégrillage,... ;
• la vidange et l’entretien des installations autonomes chez les particuliers qui ne sont pas reliés au réseau public de collecte des eaux usées (tout à l'égout) ;
• la vidange et le nettoyage des bacs à graisse des restaurateurs, des industries agro-alimentaires,... ;
• la prise en charge des déchets d'assainissement issus de ces opérations d'entretien ;
• le traitement des déchets d'assainissement.


Qui sont les clients des entreprises d’assainissement ?

Les prestations d'hygiène et d'assainissement sont réalisées pour le compte :
• des collectivités, ou leurs délégataires, qui assurent la gestion des ouvrages d’assainissement ;
• des entreprises ou industries qui disposent de leurs propres systèmes de collecte et de traitement des eaux usées ;
• des particuliers, clients directs des entreprises d’assainissement pour remédier au problème de colmatage des canalisations dans le domaine privé, et pour réaliser l'entretien des installations autonomes ;
• des syndics de co-propriétés et les gestionnaires d’immeubles pour l’entretien des réseaux internes aux immeubles (canalisations verticales).


Quelles sont les techniques et outils utilisés par les professionnels de l’assainissement ?

L’outil de base des professionnels de l’assainissement est double :
• un système de pompage ;
• un système de nettoyage à haute pression, voire très haute pression (HP/THP).
Les véhicules d’assainissement que l’on peut croiser quotidiennement sur nos routes peuvent à la fois nettoyer les canalisations en injectant de l’eau sous haute pression, et pomper les produits de curage. Ces moyens techniques sont ensuite adaptés pour pouvoir accéder dans des lieux spécifiques tels que les sous-sols.
Des procédés nouveaux sont régulièrement mis au point pour améliorer l’efficacité de ces outils.

Glossaire

Assainissement non collectif - Anaérobie : se dit d'un milieu sans oxygène.
Aérobie : se dit d'un milieu contenant de l'oxygène.
Assainissement : traitement des eaux usées.
Assainissement non collectif = assainissement individuel = Assainissement autonome.
Bac dégraisseur : appareil destiné à la séparation des graisses par flottation.
Eaux ménagères : eaux provenant de la salle de bain, Cuisine, buanderie, lavabos.
Eaux vannes : eaux provenant des WC.
Eaux usées : eaux ménagères + eaux vannes.
Effluents : eaux usées issues de l'habitation ou de la fosse toutes eaux.
Epandage : système destiné à recevoir les eaux prétraitées par la fosse toutes eaux et à permettre leur répartition, leur Infiltration et leur épuration dans le sol en place.
Exutoire : site naturel ou aménagé où sont rejetées les eaux.
Traitées : en milieu superficiel (fossé, cours d'eau, réseau pluvial) - en milieu souterrain (puits d'infiltration).

Avec la LEMA (Loi sur l'Eau et les Milieux Aquatiques du 30 décembre 2006) les habitations qui ne sont pas raccordées au "tout à l'égout" sont maintenant dans le collimateur. Au mieux, il s'agit d'une nouvelle usine à gaz pour les collectivités et une nouvelle taxe pour les usagers, au pire, il faudra prévoir le remplacement de la fosse septique.


La décision revient aux mairies

Si vous n'êtes pas raccordé à l'égout vous devez apprendre 2 nouveaux sigles :
• ANC (Assainissement Non Collectif) : c'est vous, si vous n'êtes pas raccordé ;
• SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif) : c'est le nouveau service que doit mettre en place la mairie.

En fait il s'agit plutôt d'une "police des WC" qu'un vrai service public. A l'heure ou les services publics ont tendance à se réduire, nos élus ont eut la poésie de qualifier ce nouveau service de "public" pour le faire paraître plus sympathique aux futurs ponctionnés. Voici ce que prévoit la loi pour les mairies :
• mettre en place un SPANC avant le 31 décembre 2005. Seulement 50 % des communes l'ont fait ;
• identifier sur leur territoire les zones relevant de l’assainissement collectif (zone suffisamment dense pour permettre un assainissement collectif à un coût acceptable) et les zones relevant de l’assainissement non collectif. Là on distinguera les zones à protéger particulièrement des autres ;
• contrôler l’assainissement non collectif. Toutes les installations devront être contrôlées au moins une fois avant le 31 décembre 2012.

A ce titre, les agents du service d’assainissement peuvent accéder aux propriétés afin de réaliser leur mission de contrôle. En cas d’obstacle, le propriétaire peut être condamné à une astreinte :
• mettre en place un contrôlé périodique au moins une fois tous les 8 ans ;
• établir, à l’issue du contrôle, un document établissant, si nécessaire la liste des travaux à effectuer, sachant que les travaux ont d’abord pour objet de remédier à des pollutions pouvant avoir des conséquences réellement dommageables pour le voisinage ou l’environnement. Les travaux demandés doivent donc rester proportionnés à l’importance de ces conséquences ;
• percevoir une redevance auprès des usagers (une nouvelle, payable avec sa facture d'eau).

En fait les mairies feront pour beaucoup gérer le SPANC en régie ou par délégation (à des compagnies type Veolia) ou alors elles transféreront leurs compétences à un établissement public intercommunal ou à un syndicat mixte.


Obligations des propriétaires de fosses septiques

Il reste pas mal de zones d'ombre, notamment vu la relative liberté de chaque municipalité. Ce qui est certain, c'est que les propriétaires devront :
• se raccorder obligatoirement au tout à l'égout dans les villes ou les quartiers où il existe ;
• pour les autres, laisser le libre accès au contrôleur envoyé par la mairie et payer le contrôle (80 euros a priori) ;
• payer la nouvelle taxe dans tous les cas (pour financer le fameux "service public" - 80 euros également).

Ensuite tout dépend, de la zone où se trouve l'habitation. 10% environ des habitations se trouveront dans une zone déclarée à protéger (notamment en raison d'une nappe phréatique se trouvant en dessous).
Le technicien rendra un diagnostic de qualité du système et le propriétaire aura 4 ans pour effectuer les travaux éventuels (compter a priori jusqu'à 8000 euros).
Notez par exemple que toutes les eaux usées (pas seulement celles des WC, doivent être récupérées par la fosse, dite "toutes eaux"). La loi prévoit plusieurs obligations techniques, comme faire appel à un installateur agréé, installer un système aux normes CE, le faire vidanger régulièrement par un prestataire également agréé.


Contrôle technique avant une vente

A partir du 1er janvier 2013, en cas de vente, il faudra annexer à la promesse de vente le document établi à l’issue du contrôle, délivré par le SPANC. Ce document s’ajoutera aux 7 autres constats ou états déjà obligatoires (amiante, plomb, gaz, termites, risques naturels et technologiques, installations électriques, performances énergétiques).


Les aides pour financer les travaux de fosse septique

Les propriétaires qui font procéder aux travaux de réalisation ou de réhabilitation par des entreprises privées peuvent bénéficier :
• des aides distribuées par l’'Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH), dès lors qu’ils en remplissent les conditions d’attribution (pour en savoir plus, consultez www.anah.fr) ;
• du taux réduit de TVA (5,5 %) sous conditions ;
• d'aides éventuelles des collectivités locales.


Renseignements utiles

Pour faire simple, il n'est pas possible pour un particulier qui n'est pas raccordable à un égout de faire autrement que de recevoir le contrôleur envoyé par la mairie et de d'effectuer les travaux prescrits dans une délai raisonnable. On obtient théoriquement lors de sa visite toutes les infos techniques nécessaires.


Vos obligations en matière d'assainissement

S’il n’existe pas de réseau collectif d’eaux usées près de chez vous, vous devez disposer d’un dispositif d’assainissement non collectif qui traitera directement vos eaux usées sur votre parcelle. Vous serez alors responsable du bon fonctionnement de votre dispositif.
Pour que votre dispositif d’assainissement soit efficace, il doit être bien conçu. Pour cela, vous devez choisir une filière de traitement de vos eaux adaptées aux spécificités de votre terrain et de votre projet.
Ce guide à usage du particulier vous aidera dans votre choix et vous permettra de remplir le dossier de demande d’installation d’assainissement non collectif.


Rôle de l'assainissement et réglementation

Pour que votre dispositif d’assainissement non collectif soit efficace, il doit également être correctement réalisé (norme AFNOR XP.P 16.603-DTU 64.1) et bien entretenu.
A cet effet, la loi sur l’eau de 1992 et l’arrêté du 6 mai 1996 obligent les communes à contrôler les systèmes d’assainissement non collectif au moment de leur mise en oeuvre et par la suite, leur bon fonctionnement.
Les communes et groupements de communes (Communauté de Communes, Syndicats…) ont choisi de créer des services de conseil et d’assistance aux particuliers. A compter du 31 décembre 2005, toutes les collectivités disposeront d’un service public d’assainissement non collectif.


Les démarches à entreprendre en 4 étapes

Le service chargé du contrôle de l'assainissement non collectif peut vous apporter des précisions sur les techniques à mettre en oeuvre ainsi que sur les modalités du contrôle qu'il exerce. Renseignez-vous auprès de votre mairie.
1. Retirer un dossier de demande d’assainissement en mairie ou auprès du service compétent ;
2. Constituer le dossier et le déposer en mairie ou auprès du service compétent ;
3. Avis du Service Assainissement : vous devez impérativement attendre la validation du projet pour débuter les travaux ;
4. Contacter le Service Assainissement dès le début des travaux et avant remblaiement du dispositif. A l’issue de cette vérification, un certificat de conformité de votre installation d’assainissement vous sera délivré.

Une filière d’assainissement comprend généralement :
• des canalisations pour collecter les eaux usées provenant des équipements sanitaires de l’habitation ;
• une fosse toutes eaux qui reçoit l’ensemble des eaux usées de l’habitation (eaux vannes et eaux ménagères) et assure le prétraitement ;
• un dispositif de traitement qui réalise l’épuration des effluents prétraités.

Schéma de principe d'un dispositif d'assainissement non collectif

Implantation

• hors zone de circulation et de stationnement de tous véhicules ;
• hors cultures et plantations ;
• hors zone de stockage de charges lourdes (bois, piscine hors-sol,...).

Distances

• 35 mètres d’un puits ou captage d’eau potable ;
• 5 mètres de l’habitation ;
• 3 mètres des limites de propriété ;
• 3 mètres de tout arbre.
Ces distances peuvent être augmentées en cas de terrain en pente.


Distances d'implantation

• › 3m ;
• › 3m ;
• › 35m ;
• › 5m ;
• ‹ 10m


Comment choisir son dispositif de traitement ?

Caractéristiques et contraintes de la parcelle

• Terrain plat ou en légère pente ;
• Bonne perméabilité* du sol ;
• Sol profond ;
• Absence d'eau dans le sol ;
• Surface disponible supérieure à 200 m2 ;
• Sol très perméable (calcaires fissurés) ;
• Couche imperméable de faible profondeur ;
• Absence d'eau dans le sol ;
• Surface nécessaire : 40 m2 ;
• Sol peu perméable (argiles, marnes, …) ;
• Traces d'hydromorphie ;
• Surface nécessaire : 40 m2 ;
• Présence d'eau (nappe phréatique) ;
• Terrain gorgé ;
• Zones inondables.

Techniques de traitement (épuration et évacuation des eaux)

• Epuration par le sol ;
• Dispersion des eaux par infiltration ;
• Epuration par un matériau de substitution (sable) ;
• Dispersion des eaux par infiltration ;
• Epuration par un matériau de substitution (sable) ;
• Récupération des eaux traitées ;
• Rejet vers exutoire ;
• Epuration par un matériau de substitution (sable) ;
• Dispersion des eaux par infiltration ;
• Rejet vers exutoire ;
• Dispositif hors sol.
Pour que votre filière d’assainissement fonctionne correctement et durablement, elle doit être adaptée à votre terrain.

Filières adaptées

• Tranchées d'infiltration à faible profondeur (épandage souterrain).


Prétraitement

Assainissement non collectif - fosse toutes eaux
Nombre de pièces principales Jusqu'à 3 m3 - Volume de la fosse 4 m3 5 m3 + 1 m3.


Principe de fonctionnement

La fosse toutes eaux assure le prétraitement de l’ensemble des eaux usées de l’habitation (eaux ménagères et eaux vannes). En sont exclues les eaux pluviales.
La fosse a deux fonctions : la rétention et la liquéfaction des matières solides.
Les eaux en sortie de fosse ne sont que partiellement traitées.


Dimension

(1) : pp = pièces principales = nombre de chambres + 2.


Remarque

Si la fosse toutes eaux est éloignée de l’habitation (supérieur à 10 m), il est conseillé d’installer un bac dégraisseur en amont de la fosse, (seules les eaux ménagères transiteront par ce bac).
• Volume du bac dégraisseur : eaux ménagères : 500 litres ;
• Eaux de cuisine seules : 200 litres ;
• Les regards de la fosse doivent rester accessibles ;
• La fosse doit être installée au plus près de l’habitation.


Ventilations

La fosse toutes eaux génère des gaz qui doivent être évacués par une ventilation efficace constituée :
• d’une ventilation primaire : entrée d'air à l'amont des ouvrages assurée par la canalisation de chute des eaux usées en diamètre 100 mm prolongée jusqu'en toiture (DTU 60.11 - lot plomberie) ;
• d'une ventilation secondaire : extraction des gaz dont le piquage est réalisé en sortie de fosse par une canalisation de diamètre 100 mm minimum prolongée en toiture et munie à son extrémité d'un extracteur statique ou éolien, en évitant autant que possible les coudes à 90°.

• Type de sol Jusqu'à 5 6 7 Par pp(1) supplémentaire ;
• Type limoneux 60 à 90 ml(2) 80 à 120 ml 100 à 150 ml + 20 ml à + 30 ml ;
• A dominante sableuse ;
• 45 ml 60 ml 75 ml + 15 ml.


Traitement : tranchées d'infiltration à faible profondeur

Principe

Les tranchées d'épandage vont recevoir les eaux prétraitées par la fosse toutes eaux. Ces tranchées sont préconisées lorsque le sol a une bonne perméabilité (dispersion). Leur mise en place est possible lorsque le sol est de type "terre végétale" sur une profondeur de 1 mètre environ. L’épuration des eaux usées se fera naturellement par le biais des micro-organismes présents dans le sol.


Dimensionnement

Ce dispositif est dimensionné en fonction de la perméabilité du sol :
(1) : pp = pièces principales = nombre de chambres + 2 ;
(2) : ml = mètre linéaire.


Remarque

La longueur maximale d'une tranchée est de 30 ml. Cependant, il est conseillé de réduire la longueur des tranchées et de multiplier leur nombre.


Cas particuliers

Le terrain a une pente supérieure à 5 % (5 cm de dénivelé sur 1 mètre de long) et inférieure à 10 % : les tranchées seront perpendiculaires à la pente.
Si le sol est très sablonneux, il faut mettre en place un lit d'épandage à faible profondeur.


Principe

Un sol de forte perméabilité ou fissuré est un sol inapte à l'épuration : les eaux usées vont s'infiltrer trop rapidement dans le sol et risquent de contaminer les eaux souterraines.
Le filtre à sable vertical non drainé permet aux eaux usées prétraitées de s'infiltrer dans une couche de sable siliceux (épuration) avant leur dispersion dans le sol.


Dimensionnement

(1) : pp = pièces principales = nombre de chambres + 2 ;
Nombre de pièces principales : Jusqu'à 25 m2 - Par pp(1) supplémentaire Surface du filtre 30 m2 35 m2 + 5 m2.


Filtre à sable vertical non drainé

Principe

Un sol qui a une trop faible perméabilité ou qui est situé sur un milieu souterrain vulnérable (hydromorphie*, .) est un sol inapte à l'épuration et à la dispersion : les eaux usées risquent de contaminer les eaux souterraines.
Le filtre à sable vertical drainé permet aux eaux usées prétraitées d'être épurées dans une couche de sable avant d'être collectées et dirigées vers un exutoire.
Une demande d'autorisation de rejets devra être faite auprès du gestionnaire (fossé, réseau d'eaux pluviales) ou de la Préfecture(puits d'infiltration).


Dimensionnement

(1) : pp = pièces principales = nombre de chambres + 2
Nombre de pièces principales : Jusqu'à 25 m2 - Par pp(1) supplémentaire Surface du filtre 30 m2 35 m2 + 5 m2.


Filtre à sable vertical drainé

Principe

Dans le cas d'une nappe proche de la surface (hydromorphie), il est impératif de surélever le massif de sable afin d'éviter la contamination des eaux souterraines et la saturation du système.
Le tertre permet aux eaux usées prétraitées de s'infiltrer dans une couche de sable qui va assurer leur épuration avant dispersion dans le sous-sol.
Lorsque la pente entre la fosse et le tertre est insuffisante pour le transfert des effluents, un poste de relevage doit être installé.


Dimensionnement

(1) : pp = pièces principales = nombre de chambres + 2.


Cas particuliers

Dans le cas d'un sol imperméable, le tertre peut être drainé.


Le tertre d'infiltration

Nombre de pièces jusqu'à 5 6 7 Par pp(1) principales supplémentaire ;
Surface minimale 25 m2 30 m2 35 m2 + 5 m2 au sommet ;
Surface minimale à la base sol de type limoneux 90 m2 120 m2 150 m2 + 30 m2 ;
Sol à dominante sableuse 60 m2 80 m2 100 m2 + 20 m2.

Principe

Un sol qui a une trop faible perméabilité ou qui est situé sur un milieu souterrain vulnérable (hydromorphie*, .) est un sol inapte à la dispersion : les eaux usées risquent de contaminer les eaux souterraines.
Le filtre à sable horizontal drainé permet aux eaux usées prétraitées d'être épurées dans une succession de couches de matériaux de granulométrie décroissante avant d'être collectées et dirigées vers un exutoire de surface.
Il ne peut être mis en place que si les caractéristiques du site (roche dure à faible profondeur, faible dénivelé entre la sortie d'eaux et l'exutoire) ne permettent pas l'implantation d'un filtre à sable vertical drainé.


Dimensionnement

(1) : pp = pièces principales = nombre de chambres + 2.


Filtre à sable horizontal drainé

Surface du filtre Jusqu'à 5 6 Par pp(1) supplémentaire 25 m2 30 m2 35 m2 + 1m2.


La fosse toutes eaux

Vidange

Afin de préserver son dispositif d'assainissement, il est important de vidanger la fosse en moyenne tous les 4 ans, en prenant soin de laisser une petite fraction des boues en place. Quand le volume des boues a atteint la moitié du volume de la fosse, il faut la vidanger.
Lors de la réalisation de la vidange, il convient de remplir en eau claire la fosse, afin de garantir un fonctionnement optimal.


Vérifications périodiques

• Vérifier le bon écoulement des effluents ;
• Regarder régulièrement le préfiltre. Il doit être contrôlé et nettoyé au minimum 2 fois par an en lavant les matériaux filtrants au jet.
Les matériaux filtrants pourront également être changés si nécessaire.


Le bac dégraisseur

Le bac dégraisseur, s'il existe, doit être nettoyé et vidangé dès que la couche de graisse devient importante, soit plusieurs fois par an.


Entretien de la filière d'assainissement

Vérifications périodiques

• Vérifier le bon écoulement des effluents au niveau du regard de répartition de la filière d'assainissement ;
• Vérifier dans le cas d'une filière drainée le bon écoulement des effluents traités au niveau de l'exutoire.
Un entretien régulier de votre dispositif d'assainissement assure un meilleur fonctionnement et augmente la durée de vie de votre système.


La filière de traitement

Problèmes

• Odeurs dans le logement ;
• Odeurs au niveau du dispositif de prétraitement ;
• Corrosion du béton de la fosse ;
• Colmatage des canalisations de collecte des eaux usées ;
• Engorgement du bac dégraisseur ou de la fosse ;
• Dépôts de matières dans le regard de répartition au niveau du dispositif de traitement ;
• Engorgement du regard de bouclage ;
• Préfiltre colmaté ;
• Absence de siphon au niveau de vos équipements domestiques ;
• Evaporation de l'eau des siphons ;
• Absence de ventilation(s) primaire et/ou secondaire ;
• Canalisation de la ventilation inférieure à 100 mm ;
• Canalisation de la ventilation obstruée ou implantée en amont de la fosse ;
• Orifice de ventilation ne débouchant pas au-dessus de la toiture ;
• Extracteur absent ou inadapté ;
• Pas de ventilation primaire (sur la descente de WC) ;
• Mauvaise implantation ou conception de la ventilation secondaire ;
• Mauvaise étanchéité des raccords ou des tampons de visite ;
• Absence ou mauvaise réalisation de la ventilation secondaire en sortie de fosse ;
• Obturation par un corps étranger ou dépôt de graisse ;
• Pente insuffisante ou contre-pente des canalisations ;
• Sous-dimensionnement des canalisations ;
• Vidanges trop espacées ;
• Sous-dimensionnement des ouvrages ;
• Vidanges trop espacées ;
• Sous-dimensionnement de la fosse toutes eaux ;
• Réseau pluvial raccordé au réseau d'évacuation des eaux usées ;
• Mauvais entretien du préfiltre ;
• Système de traitement colmaté ;
• Nettoyages trop espacés ;
• Mauvais fonctionnement ou défaut d'entretien du prétraitement ;
• Sous-dimensionnement des ouvrages de prétraitement.